Entrepreneur de l’immobilier : Comment assurer ma location saisonnière ?

L’objectif principal d’un contrat d’assurance est de couvrir l’assuré contre un sinistre. Lorsqu’il s’agit d’une location saisonnière, il y en a aussi plusieurs. Il peut s’agir d’un incendie dans la maison, d’un dégât des eaux ou d’un vol pendant que le bien est inoccupé. Il est donc essentiel pour vous d’être couvert afin de ne pas assumer tous ces risques par vous-même.

Section : Vous venez d’acheter une résidence secondaire que vous souhaitez louer. Comment devez-vous l’assurer ?

Si vous êtes propriétaire d’une résidence secondaire que vous prévoyez de louer pendant la période des fêtes, il est recommandé de souscrire une police d’assurance des biens. Ces polices offrent une couverture pour tous les types de dommages causés à vos biens personnels, y compris votre maison et son contenu, en raison d’un incendie ou d’autres catastrophes telles qu’une tornade ou un ouragan.

L’objectif de ce type de police est de protéger la maison elle-même au cas où elle serait endommagée par une catastrophe naturelle, ainsi que tout son contenu contre le vol ou le vandalisme de tiers qui pourraient avoir des intentions malveillantes à son égard.

Une façon efficace et efficiente d’assurer une location saisonnière est d’assurer votre maison et son contenu comme un propriétaire. Assurez-vous d’avoir une assurance suffisante pour couvrir le coût de reconstruction de votre maison en cas de sinistre et assurez-vous également d’avoir une assurance suffisante pour remplacer le contenu de votre maison en cas de vol ou de dommages. Enfin, il serait sage d’envisager d’ajouter une couverture pour l’entretien des terrains, car de nombreux propriétaires se retrouvent responsables des réparations et de l’entretien courant de leur propriété tout au long de l’année.

” Les polices d’assurance comme l’assurance tous risques ou l’assurance incendie et risques naturels sont recommandées pour les propriétés locatives saisonnières

Si vous vivez dans une région où il neige ou pleut abondamment et que votre propriété n’est pas assurée contre l’incendie, les risques naturels et les autres risques liés à la météo, il est temps de reconsidérer la situation. Selon Marc-André Potvin, vice-président, gestion des produits – habitation et automobile chez Desjardins Assurances : “Les polices d’assurance telles que l’assurance tous risques ou l’assurance incendie et risques naturels sont recommandées pour les propriétés locatives saisonnières.”

Les polices d’assurance tous risques couvrent les dommages de toute cause (y compris le vol), tandis que les polices d’assurance incendie et risques naturels ne couvrent que les pertes causées par le feu ou les risques naturels comme les tempêtes de vent. Les avantages de ces polices sont évidents : en cas de sinistre majeur sur votre propriété – comme une inondation dans le sous-sol d’un immeuble à appartements lors de fortes pluies – ces types d’assurance permettront d’atténuer une partie de l’impact financier. Cependant, toutes les compagnies ne les proposent pas car de nombreux propriétaires ne se considèrent pas comme des clients à haut risque, mais cela ne signifie pas qu’il vaut mieux ne rien faire du tout !

Une police tous risques est un type d’assurance de biens qui est conçu pour couvrir la maison elle-même en cas d’incendie, de tornade, d’ouragan et d’autres catastrophes. Elle couvre également tout son contenu.

L’assurance incendie et l’assurance contre les risques naturels sont deux types de polices différentes que vous pouvez ajouter à votre police d’assurance habitation. L’assurance incendie couvre les dommages causés par un incendie à l’intérieur de votre maison ou de votre immeuble d’habitation ; elle ne couvre pas les pertes causées par la fumée ou les dégâts des eaux dus à un incendie. L’assurance contre les risques naturels couvre les pertes causées par des risques naturels tels que les tremblements de terre, les inondations et les ouragans, ainsi que les catastrophes naturelles comme la foudre.

Ces polices couvrent également les dommages causés par les locataires. Si un locataire provoque un incendie majeur alors qu’il se trouve dans votre propriété, vous serez couvert par la police d’assurance.

Si le locataire provoque un incendie, vous n’êtes pas responsable des dommages. Le locataire est tenu de payer les réparations et autres dépenses liées à ses actions ou à sa négligence. Dans ce cas, vous pouvez contacter votre compagnie d’assurance ; elle vous aidera à résoudre tout problème lié à votre police. Il se peut que vous deviez payer une franchise avant de recevoir une indemnisation de votre compagnie d’assurance, mais il est important que vous compreniez ce qui est couvert par votre police afin de savoir combien d’argent vous devriez récupérer en cas d’urgence comme celle-ci.

Un exemple : Un locataire laisse accidentellement quelque chose cuire sur la cuisinière pendant qu’il est parti travailler toute la journée et rentre le soir pour découvrir qu’il y a eu un incendie causé par sa négligence qui a détruit la plupart de ses appareils de cuisine ainsi que d’autres parties de sa maison, notamment les murs, etc. Aussi triste que cela puisse paraître, cela arrive trop souvent. Ne soyez donc pas surpris si quelqu’un vous dit : “Ah oui, j’ai entendu parler de ce qui s’est passé…”.

 Le montant de l’assurance nécessaire dépend de la valeur de votre propriété (terrain, bâtiment et contenu).

Le montant d’assurance requis dépend de la valeur de votre propriété (terrain, bâtiment et contenu). Par exemple, si vous êtes propriétaire d’une maison de 300 000 $ avec tout le mobilier qu’elle contient, vous devrez l’assurer pour au moins 300 000 $.

Si vous ne louez qu’une seule pièce et que vous vivez dans une autre partie de la maison ou de l’appartement, certains propriétaires peuvent exiger que leurs locataires aient une assurance du contenu pour couvrir les articles laissés par les locataires qui ne déménagent pas tous leurs biens lorsqu’ils quittent les lieux.

“Vous pouvez faire ce calcul vous-même ou demander à un assureur de le faire pour vous”, explique M. Potvin.

Vous pouvez faire ce calcul vous-même ou demander à un assureur de le faire pour vous, dit M. Potvin.

Le montant de la couverture dont vous avez besoin dépend de vos finances personnelles et du coût de la reconstruction de votre maison si elle est endommagée par un incendie ou un dégât d’eau. Vous devez également tenir compte du temps qu’il faut pour reconstruire une habitation et de la possibilité de payer des intérêts sur votre prêt hypothécaire pendant la reconstruction de la maison. Ce ne sont là que quelques-uns des facteurs qui influent sur votre situation financière après une catastrophe.

Si vous décidez de calculer vous-même votre couverture d’assurance, il est important d’examiner à la fois la valeur de remplacement et la valeur réelle en espèces (VRA). La valeur de remplacement compare ce qu’il en coûterait aujourd’hui pour reconstruire avec des matériaux similaires à ceux utilisés lors de la construction de la maison. La valeur réelle en espèces examine ce que l’on pourrait acheter avec le produit de la vente de ce qui reste debout après une catastrophe et soustrait la dépréciation – la perte de valeur due à l’usure du temps – de ce montant total.

  • Vous pouvez ensuite souscrire une assurance supplémentaire pour vos biens si vous le souhaitez. Par exemple, si vous avez un chalet sur le lac Huron qui a beaucoup de valeur et que vous voulez vous assurer qu’il est protégé en cas de sinistre, vous pouvez l’ajouter à votre police d’assurance habitation en vertu d’un avenant (vous recevrez une prime supplémentaire). Les avenants vous permettent de personnaliser le niveau de couverture qui répond le mieux à vos besoins. Par exemple, le chalet serait couvert contre un plus grand nombre de périls comme les avalanches ou les tremblements de terre.
  • Vous pouvez également envisager d’ajouter une couverture pour :
  • les défauts de construction
  • les dommages causés par les animaux (comme les cerfs).
  • Pensez à vous assurer contre les catastrophes naturelles, comme les inondations et les tremblements de terre, si elles sont fréquentes dans votre région.

Bien que la majorité des polices d’assurance des propriétaires et des locataires couvrent les biens personnels (tous les objets qui se trouvent dans votre maison et qui n’y sont pas attachés), il existe des différences en ce qui concerne les résidences secondaires saisonnières. Certaines compagnies d’assurance n’offrent aucune couverture, tandis que d’autres n’assurent les bijoux et autres objets de valeur que jusqu’à un certain montant. La meilleure façon de savoir ce que votre police individuelle offre est d’appeler votre agent ou de lire attentivement votre police actuelle – avant de louer et au moins une fois par an par la suite.