EIRL, auto-entrepreneur et micro-entrepreneur : quelles différences ?

Dans le monde de l’entreprenariat, l’entreprise individuelle représente un statut qui recouvre l’EIRL, l’autoentrepreneur et le microentrepreneur. Ainsi, pour créer une activité, il est possible d’hésiter en ce qui concerne le choix de l'un de ces régimes.

Différence entre EIRL, autoentrepreneur et microentrepreneur

Le statut d’Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limité (EIRL) constitue un régime d’entreprise personnel. En effet, il permet de limiter votre responsabilité avec la création d’un patrimoine d’affectation professionnelle. Ce patrimoine regroupe tous les biens pour l’activité professionnelle. Pour cela, il faut évaluer la valeur des biens. En dessous de 30 000 €, il est possible de le réaliser et la présence d'un bien immobilier peut contraindre à faire appel à un notaire.

De plus, votre entreprise est illimitée au niveau de votre chiffre d’affaires car seul le régime peut changer selon vos recettes. Plus le chiffre d'affaires est élevé, plus vos obligations sont importantes notamment concernant la TVA et la comptabilité de votre entreprise.

Par ailleurs, avant 2016, il existait une différence entre autoentrepreneur et microentrepreneur. Cependant depuis le 1er janvier 2016, ces deux statuts présentent les mêmes conditions et avantages. En effet, ils bénéficient tous deux du régime microfiscal simplifié d’une part et du régime microsocial simplifié d’autre part.

De ce fait, si l’autoentrepreneur ne réalise pas de chiffre d’affaires, il n’a aucun impôt à régler avec le versement libératoire. En d’autres termes, ce type de statut vous permet de vous libérer du payement de l’impôt lorsque votre chiffre d’affaires est nul.

En tant qu’autoentrepreneur, vous n’avez pas une lourde comptabilité, ce qui vous permet de concilier plusieurs activités à la fois. Toutefois, avec ce régime, votre responsabilité est importante puisqu’elle est illimitée. Seule votre résidence principale est insaisissable.

Quelques exigences de ces régimes

L’inconvénient principal du régime d’autoentrepreneur est que vous devez respecter les plafonds du régime, c’est-à-dire 170 000 € pour une activité d’achat-vente et 70 000 € pour les prestations de services.

L’inconvénient de l'EIRL est que les manœuvres de création sont plus importantes que pour l’autoentrepreneur, car il faut souvent consulter un professionnel pour l’évaluation des biens que vous devez payer. De plus, vous devez ouvrir un compte professionnel et un compte consacré à l’activité pour l’auto-entreprenariat.