Prendre un crédit immobilier pour des murs commerciaux

Quand bien même il est possible de s’en passer, l’investissement dans un local commercial est souvent important pour une entreprise. Ceci permet, en effet, d’avoir un cadre propre à soi pour gérer ses activités. Cela vous évite aussi de payer le loyer et d’enrichir votre patrimoine. Cependant, l’acquisition d’un local commercial est un important investissement. Pour vous alléger le poids financier, il est possible d’opter pour un crédit, mais lequel ?

Le prêt immobilier professionnel

Le crédit immobilier professionnel est un système de financement exclusivement destiné aux personnes travaillant dans une activité professionnelle indépendante ainsi qu’aux entreprises. C’est la première source de financement à laquelle il faut penser dans le cadre de l’acquisition des murs commerciaux.

Pour délivrer un tel financement à une structure, la banque tient compte de sa situation. Dans le cas où il s’agirait d’une société nouvellement créée, c’est son prévisionnel qui sera vérifié. Lorsqu’il s’agit d’une ancienne entreprise, ce sont ses derniers bilans qui seront vérifiés.

Généralement, une garantie est prise avant la mise à disposition du crédit. Il s’agira, soit d’un privilège du prêteur de denier, d’une assurance de la BPI, d’un cautionnement ou encore, d’une hypothèque.

Le prêt immobilier professionnel n'est pas un crédit classique comme celui qui est accordé aux particuliers, mais plutôt, un financement professionnel. La durée de remboursement peut avoisiner les 15 ans et les intérêts peuvent être déduits des impôts sur bénéfices.

Le crédit-bail immobilier

La vocation du crédit-bail immobilier est de faciliter l’acquisition d’un local par une entreprise ou même, par un professionnel. Il s’agit plus précisément d’une location qu’effectue l’entreprise. Celle-ci loue les locaux à usage professionnel et les occupe pendant une durée donnée à la fin de laquelle, elle peut prétendre à une acquisition.

Elle devient le crédit-preneur, c’est-à-dire l’entreprise locataire qui signe un contrat en bonne et due forme avec le crédit-bailleur. Parfois, ce dernier acquiert les locaux professionnels et les lui loue en retour. Il peut s’agir de logements existants ou de locaux construits par le bailleur sur un terrain vide.

Cette offre de financement s’articule autour de deux contrats, notamment le contrat de location et le contrat de vente. La convention s’étend généralement sur 7 à 15 ans. À la fin de cette période, l’entreprise peut acheter le local en versant bien évidemment un montant supplétif. Les loyers peuvent être déduits fiscalement et le montant imposable est ainsi réduit. Cependant, tout compte bien fait, ce mode de financement est plus coûteux qu’un crédit classique.